Lettre à mon moi du présent

Lettre

Ma chère Prescillia,

C’est moi Prescillia ! Je t’écris cette lettre du fond de ton être et de ta conscience. Je sais que ces derniers mois n’ont pas été simples pour toi et qu’en ce moment, tu te poses beaucoup de questions. Alors je suis là pour t’aider à y répondre.

Je te connais puisque je suis toi, et je sais que comme à ton habitude, tu dois sûrement être en train de dénigrer ton travail et tes efforts. Pourtant, tu as de quoi être fière. Tu as trouvé le courage de vivre cette expérience loin de chez toi dans un pays où tu ne connaissais rien ni personne. Certes toutes tes attentes ne se sont pas réalisées comme tu l’espérais, mais pour l’instant, je t’invite à te concentrer sur ce que tu as gagné.

Depuis quelque temps, je sens un changement chez toi, chez nous. Je te sens grandie, plus confiante et plus à même de prendre des décisions. Tu doutes parfois encore un peu, mais j’ai le sentiment que tu as enfin compris que tu avais de la valeur et que tu n’avais pas besoin de la chercher dans le regard et l’approbation des autres. Tu sais à présent te relever des épreuves qui se mettent sur ton chemin. Certes non sans difficultés, mais c’est souvent dans la douleur qu’on tire les plus belles leçons. 

Tu te demandes encore où est ta place et si tu parviendras à vivre la vie dont tu rêves. J’aimerais te répondre que oui. Mais la vérité, c’est que cela ne dépend que de toi, de l’énergie que tu es prête à fournir et du nombre de fois où tu seras capable de te relever. Il n’existe pas de formule magique ou de chemin tout tracé. Si tu y crois et si tu travailles alors oui tu verras tes rêves se réaliser. Peut-être que cela prendra du temps, peut-être que non mais quoi qu’il arrive les résultats seront là. 

Je sais ce que tu vas me dire, que tu es fatiguée et que c’est dur. Et je suis entièrement d’accord avec toi. Parfois moi aussi j’aimerais qu’on s’assoit et qu’on laisse le temps s’écouler sans rien faire. Il m’arrive aussi d’être révoltée devant toutes les injustices auxquelles on doit faire face. Pourtant, je reste à tes côtés, car je connais tes capacités et ton potentiel. Et j’aimerais que tu sois en mesure de te voir comme je te vois. Sois indulgente envers toi-même, tu fais toujours de ton mieux avec le jeu que tu as au moment où il faut jouer.

Le chemin que tu as parcouru ces dernières années a été long. Ton évolution me pousse à t’encourager et me laisse croire que nous avons encore de belles choses à accomplir. Parfois tu as peur et tu voudrais être rassurée, et honnêtement je n’ai pas la solution à toutes tes craintes. La seule chose que je sais et dont je suis certaines, c’estt que rien n’arrive jamais par hasard. Je veux que tu gardes en tête qu’il y a toujours un mal pour un bien et que peu importe la difficulté, les choses finissent toujours par s’arranger. Ton optimisme a toujours ta plus grande force, alors ne la perd pas. 

Nous connaîtrons surement d’autres déceptions et d’autres épreuves, mais souviens-toi de ce que tu as appris ces derniers mois : Il ne faut jamais cesser de se relever quand on tombe. Toujours encore et encore jusqu’à arriver à destination. Ne baisse pas les armes et continue d’y croire même quand ça parait fou.

Et si à un moment tu n’y arrives plus, je veux que tu saches que je serais toujours là pour prendre le relais. Tu peux compter sur moi. Je crois en toi, je crois en nous. Ne l’oublie pas.

Je t’aime et je t’embrasse, 

Ton amie qui te veut du bien

Prescillia

Lettre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.