6 leçons apprises au Japon – Le voyage fait grandir

6 leçons apprises au japon

11 mois et 3 vies

« Le voyage fait grandir » c’est une phrase que j’ai souvent entendue, mais je ne pensais pas qu’elle serait aussi vraie. Dans mon cas, elle s’est avérée criante de vérité. Je rajouterai même que le voyage décuple les émotions et rend les expériences plus marquantes. Durant ces 11 derniers mois, j’ai vécu 3 vies différentes. Celle que j’étais le jour de mon départ n’est plus celle d’aujourd’hui. Bien sûr j’aime toujours autant rire et manger, mais intérieurement je suis devenue plus forte, plus confiante et plus indépendante. Les peurs que j’avais dans le passé ont été surmontées plus ou moins par la force des événements.

En partant au Japon je savais que ce voyage ne serait pas une simple partie de plaisir. Voyager en tant que touriste et vivre sur du long terme dans un pays sont deux choses considérablement différentes.

Dans le premier cas, il s’agit avant tout de plaisir et de relâchement. L’esprit s’évade ébloui par la culture et les merveilleux paysages tandis que l’estomac se régale de tous les mets que les yeux veulent goûter. Dans ces moments plus rien ne compte hormis le plaisir de l’instant présent. Le travail, les factures, les problèmes, tout est laissé derrière soi le temps du voyage. Qu’il dure une semaine ou un mois.

Dans le second cas la donne est différente. L’évasion est toujours là, mais un autre type de stress survient. Celui de survivre dans un pays qui n’est pas le sien et où tout est différent. Les règles de vie, la barrière de la langue, l’humour, la culture, tous les repères sont bousculés.

Chaque jour qui passe est un défi

Au Japon où la langue et la culture sont très loin de la France, la moindre démarche est devenue un parcours du combattant : Ouvrir un compte bancaire, prendre un forfait internet, faire les courses. Pour toutes les petites choses que j’avais l’habitude de faire seule, j’ai dû me tourner vers autrui pour demander de l’aide.

Du jour au lendemain j’ai eu l’impression d’avoir de nouveau 8 ans et devoir demander l’assistance d’un adulte pour m’en sortir.

Il m’a également fallu trouver du travail, gérer un budget dans un des pays les plus chers au monde, construire un nouveau cercle d’ami, trouver un logement. Je savais que ce serait compliqué à l’étranger, mais j’ignorais le défi que cela représentait. 

Le voyage nourrit l’âme

Durant mes « 3 vies » vécues en accéléré j’ai pu tirer 6 leçons apprises pendant ce voyage que j’aimerais partager avec vous. Ce sont des enseignements qui je pense et j’espère vous seront utiles dans vos vies.

• Ce n’est pas parce qu’une personne vous sourit qu’elle veut votre bien.

Au même titre que ce n’est pas parce qu’une personne vous sourit qu’elle est votre ami. Je me suis souvent montrée naïve face à la prétendue gentillesse de certaines personnes. Dans mon univers, tout le monde était gentil et tout le monde voulait mon bien. J’ai vite déchanté. Cette aventure m’a poussé à remettre cette idée en question. Bien que le monde ne soit pas tout noir, il y a malheureusement beaucoup de personnes dotées de mauvaises intentions. Je l’ai compris à mes dépens. Je dirai aujourd’hui que je veux rester optimiste, mais contrairement à celle que j’étais avant je sais maintenant reconnaître les loups déguisés en agneaux.

• Ne laissez pas les autres choisir pour vous, car vous serez les seuls à devoir assumer les conséquences.

C’était l’une de mes plus grandes faiblesses. Incapable de prendre une décision affirmée je demandais aux autres de m’aider à choisir. J’ai dû repenser cette habitude quand j’ai compris que j’étais seule dans ce voyage et que je serai aussi la seule à porter le poids des regrets. Ce qui semble être un bon conseil peut s’avérer très mauvais dans une prise de décision vécue de l’intérieur. Le bon côté est que maintenant je sais faire mes choix par moi-même et m’y tenir.

• Il ne faut pas avoir peur de dire non quand une chose ne correspond pas à vos valeurs.

Dire « Non » ne fait pas de vous une mauvaise personne. Ce « Non » permet de se préserver des mauvaises expériences et des mauvaises rencontres. Il arrivera des fois de passer pour la rabat-joie de service, mais je pense que c’est préférable au fait d’accepter des choses qui vont l’encontre de vos principes et de ce à quoi vous aspirez.

• Faites confiance à votre intuition plus qu’à vos amis.

Bien qu’ils vous aiment sincèrement, vous seul savez ce qui est réellement bon pour vous et quelle vision vous avez pour vous-même. Cette petite voix qui vous parle capte bien plus d’informations que vous à l’état conscient alors écoutez-la et faites-lui confiance. Dans mon cas, elle m’a permis d’éviter des ruelles inquiétantes et des situations qui auraient pu donner un tout autre sens à mon voyage.

• Laissez le temps faire son travail. Et Observez.

Partir vivre à l’étranger, c’est aussi dire au revoir à ses proches. Les larmes coulent et on se promet de continuer à l’appeler et à s’écrire. Et c’est le cas… les premiers mois. On reçoit même des nouvelles de connaissances passées curieuses de savoir comment se déroule notre nouvelle vie. Puis un jour le téléphone sonne de moins en moins. Et les messages se font de plus en plus rares. Laisser le temps faire son travail, c’est aussi observer qui pensent encore à nous bien qu’on soit à des milliers de kilomètres. L’avantage, une fois la peine de voir ses amis s’éloigner passée, est de savoir que ceux qui restent sont fiables et bien ancrés dans notre vie.

•Rien n’est impossible à qui s’en donnent les moyens.

Dans la vie rien n’est simple et rien n’est acquis. Pour obtenir une chose, il faut se bouger et aller la chercher. Croire que tout tombera tout prêt sur un plateau est une grosse erreur. Le travail et la régularité sont des clés essentielles pour atteindre ces objectifs. Se trouver des excuses et se plaindre ne rendra pas notre vie plus agréable. Comme dis plus haut, nous sommes les seuls à porter le poids des regrets alors autant se battre pour ce qui nous fait vibrer et nous fait nous sentir vivant.

Mes chers compagnons, voilà ce que je voulais partager avec vous cette semaine. « Le voyage fait grandir » et il m’a fait grandir. J’espère que ces mots résonneront en vous et qu’ils vous aideront à porter un autre regard sur une situation qui y ferait écho. 

À bientôt 

Prescikiwi

le voyage fait grandir

1 commentaire

  1. […] je le mentionne dans mon article sur les 6 leçons que j’ai apprises en vivant au Japon, mes relations amicales ont été bousculer pour le meilleur comme le pire. Certains amis, très […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.