2020 – Un dernier mot pour dire adieu

Lettre à 2020

L’année 2020 a pris fin et le mois de janvier suit son cours. Pour autant je ressens le besoin de me tourner une dernière fois vers 2020. Cette année qui m’aura marqué sur bien des points.

2020 l’année de tous les défis

Je pense ne pas me tromper en disant que 2020 aura été une année pleine de surprises pour chacun. Qu’elles eurent été bonnes ou mauvaises, nous avons tous été servis. Dans mon cas, 2020 aura été remplie de challenges et d’incertitude. J’ai eu la folie le courage de partir vivre seule à l’étranger. J’ai passé l’année 2020 au Japon, là où la culture, la langue, les codes sont totalement différents de ce que je connaissais.

Très vite j’ai dû faire face au défi de me retrouver seule face à moi-même. Je parle de ces moments où l’on remet sa vie en questions. Où les questions qu’on ne s’était encore jamais posées jusqu’à présent se mettent à faire la ronde dans notre cerveau. Au départ partie pour « kiffer » et vivre ma meilleure vie, la peur et les remises en questions ont fini par apparaître.

2020

Goodbye comfort zone

Si je devais choisir un mot pour qualifier mon année, je choisirais le mot « nouveauté ». Nouveau pays, nouvelle adresse, nouveaux amis, nouveau travail, nouvelle vie. Bref, j’étais sur une superbe sortie de zone de confort. Hanine Mhannd, le créateur du jeu goodbye comfort zone serait impressionné! Mais bien qu’excitant, quitter sa zone de confort fait peur. Et sans m’en rendre compte, j’ai finis par avoir peur de beaucoup de choses ; Peur de manquer d’argent, peur de prendre la parole dans une autre langue, peur de faire des mauvaises rencontres, peur de faire les mauvais choix. Et la crise sanitaire n’aidant pas, peur de tomber malade. Car croyez-moi, la dernière chose que vous souhaitez lors d’un séjour à l’étranger, c’est d’avoir à faire un tour à l’hôpital.

L’ennui avec ce sentiment c’est qu’il finit par générer des angoisses qui, doucement, viennent nuire à l’expérience. Pour palier à l’inconfort de l’absence de repères, mon cerveau s’est agrippé à ce qui lui sembler familier. Petit à petit j’ai restreint mon champ des possibles en pensant que de cette façon, la peur finirait par disparaitre. Une façon pour moi de garder le contrôle dans un environnement qui m’était complètement inconnu. Moi qui ai toujours aimé l’imprévu et la spontanéité, sur ce coup là je ne me reconnaissais plus.

2020

2020 et la quête de soi

En 2020 j’ai dû me perdre pour me retrouver. Pendant plusieurs mois, je ne reconnaissais plus celle que j’étais devenue. Ma bonne humeur, mon optimisme, ma confiance, ma spontanéité, Tout ça : Envolé. Le trou noir. Il ne restait plus que doutes, peurs et remises en questions. Mais il était hors de question de rester comme ça. Donc je suis partie à la recherche de moi-même. J’ai passé du temps seule, je me suis interrogée sur mes valeurs et je me suis écoutée. J’ai cherché mon « Pourquoi » pour tenter de donner un sens à cette aventure. Et j’ai fini par trouver.

Comme je l’explique dans mon article sur les 6 leçons que j’ai apprises en vivant au japon. S’installer dans un nouveau pays ce n’est pas juste visiter, c’est y vivre. Vivre : Voila ce que j’avais oublié de faire pendant ces derniers mois. Prendre le temps de rire, de contempler, d’apprécier les petits bonheurs quotidiens. Et surtout lâcher prise sur ce que je ne pouvais pas contrôler. Au fond de moi, tout ceci je le savais, mais je l’avais oublié en chemin.

2020

2020 est mort ! Vive 2021 !

À la lecture de cet article on pourrait croire que je porte le poids de beaucoup de regrets. Mais rassurez vous, il n’en ait rien. Bien au contraire. J’ai fait beaucoup d’erreur en 2020, mais grâce à elles j’ai le sentiment de mieux me connaître. J’ai vécu des expériences que je n’aurai jamais pensé vivre en partant et j’en suis réellement reconnaissante. Qui aurait cru que je prendrais mon premier appartementau japon et que j’enseignerai le français dans école maternelle ?! Certainement pas moi !

Quand minuit a sonné la fin de 2020, une bouffé d’émotions m’a envahi. J’ai ete émue comme si je passais enfin la ligne d’arrivée d’un marathon qui avait durant 1 an. J’avais réussi : Passer un an seule à l’étranger. Ça n’aura pas été simple mais ce que je peux affirmer est que cette année m’aura fait grandir plus qu’aucune autre.

Alors quelle note pour l’année 2020 ?

Finalement, je mettrais 5 kiwis sur 5 à 2020. Je veux garder avec moi les leçons que j’en ai tiré et m’en servir pour mener à bien mes projets. Les souvenir de cette année seront mon cap et mon moteur pour les mois à venir. Je me souviendrai :

  • Que pour vivre il faut laisser place à l’imprévu
  • Que la peur ne doit pas être un frein mais une motivation
  • Qu’il faut savoir apprécier ce que l’on a et ce qu’on vit à chaque instant.
  • Et surtout que la vie est bien plus belle quand on la regarde avec des yeux d’enfant.

Et si jamais vous avez oublié votre âme d’enfant, je vous invite à aller lire mon article sur Le Petit prince pour y découvrir ses plus belles citations.

À bientôt

Prescikiwi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.